Richard Goyette, directeur général de la FTQ-Construction et Bernard Gauthier, représentant du local 791 des opérateurs de machinerie lourde ont respectivement apparu en conférence de presse lundi et mardi dernier.

Conférence de presse de la FTQ-Construction le lundi 15 mars 2010

D’entrée de jeu le ton de Richard Goyette, directeur général de la FTQ-Construction était incisif. Certains diront peut-être trop… mais après des mois d’injures, d’insinuations malhonnêtes, d’allégations parfois farfelues et de campagne de salissage personnel à l’endroit des militants de la FTQ-Construction et de ses affiliés, le ton était plutôt réservé selon l’avis de la FTQ-Construction.

Richard Goyette a voulu remettre les pendules à l’heure. Pour M. Goyette il est « de plus en plus évident qu’il se fait beaucoup de politique sur le dos de la FTQ-Construction.» Il s’est donc mis à la tâche de déconstruire plusieurs allégations mensongères qui avaient allégrement circulé dans les médias (à ce sujet, nous vous invitons à consulter notre site web dans les prochains jours. Un dossier complet sera graduellement mis en ligne démontrant les propos du directeur général).

Plusieurs ont fait les frais des attaques répétés de Richard Goyette. Jean Cournoyer ministre du Travail à l’époque de la commission Cliche (à suivre); Pierre Fortin, économiste de droite (à suivre); la CSN-Construction (à suivre); l’ensemble de l’« œuvre » de l’émission Enquête (à suivre); le rapport biaisé de la Gaspesia (à suivre).

De plus, l’avocat de la FTQ-Construction Maître Robert Laurin a informé les médias que la FTQ-Construction passait maintenant en mode offensif pour mettre fin aux « bouffonneries » de CERTAINS(je souligne, je mets en majuscules et en gras afin que la communauté journalistique comprenne, une fois pour toutes, que nous en avons pas contre le travail sérieux, mais contre la paresse, le sensationnalisme et la job de bras que CERTAINS journalistes font en ce moment. Des mises en demeure ont d’ailleurs été envoyées à certains médias et des poursuites sont envisagées (à suivre).

Conférence de presse de Bernard Gauthier le mardi 16 mars 2010

Entouré de plusieurs des membres de son syndicat, Bernard Gauthier, le représentant sur la Côte-Nord du local 791 des opérateurs de machinerie lourde, a offert un vibrant plaidoyer destiné à blanchir sa réputation. M. Gauthier a exposé point par point et avec éloquence son point de vue.

M. Gauthier a poursuivi la contre-attaque de Richard Goyette à l’égard de l’ingénieur Jean-Yves Lesage qui était apparu à l’émission Enquête. M. Gauthier a rappelé le rapport accablant de la CSST à l’égard de la compagnie Aecon dont M. Lesage était le représentant sur le chantier de la Toulnustouc. Rappelons que le rapport de la CSST démontrait sans équivoque la négligence de la compagnie qui avait conduit à un décès et un blessé grave (à suivre). M. Lepage avait été prévenu des dangers d’accident sur son chantier deux ou trois jours avant qu’un accident mortel ne se produise. De plus, le rapport de la CSST évoquait également l’absence de mesure plus d’un an après les incidents!!!

M. Gauthier a également remis en cause les allégations d’intimidation à son égard, les attribuant à une campagne de salissage de la part de la CSN-Construction. « La CSN voit le tapis sortir en dessous de ses pieds et elle joue ses dernières cartes. Mais c’est pas grave. Leur campagne de salissage, ça n’a pas donné grand-chose. Ça a juste resserré les liens entre nous autres et nos pères et nos mères de famille » affirme M. Gauthier (à suivre).

M. Gauthier a également accueilli favorablement les enquêtes de la sureté du Québec. Il s’est dit confiant que sa réputation serait rétablie suite à ces enquêtes.

Rappel de la position de la FTQ-Construction sur les allégations d’intimidations

La position de la direction actuelle de la FTQ-Construction a toujours été très claire à ce sujet : « Dans la mesure où comme tout autre citoyen une personne devait être déclarée coupable d’une infraction en vertu de la législation en vigueur au Québec, cette personne devra en payer le prix. »

Lors de la commission parlementaire sur le projet de loi 73, la FTQ-Construction a tenu à dénoncer la violence faite aux travailleurs par certains employeurs telle que le vol de salaire ou la multiplication des lésions professionnelles et ne pourrait conséquemment admettre qu’un syndicat soit la source d’une quelconque violence envers ceux-ci.

La FTQ-Construction tient à ajouter qu’elle prend au sérieux toutes allégations de violences et d’intimidations. La FTQ-Construction ne pourrait que réprouver la présence de telle pratique sur les chantiers de construction du Québec.

Il est toutefois évident que dans des régions où la FTQ-Construction est largement majoritaire, telle la Côte-Nord, la représentativité sur les chantiers soit en proportion du nombre de membres qu’elle regroupe. « La FTQ-Construction est d’ailleurs reconnue, par l’ensemble de l’industrie, comme un syndicat qui défend activement ses membres et cela se reflète par la présence en grand nombre de nos travailleurs et travailleuses sur les chantiers de construction du Québec. Cela est une question de légitimité! », affirme Richard Goyette directeur général.

Ce communiqué de presse a été envoyée aux médias par le biais du service de presse CNW et a été diffusé sur notre site web à l’adresse :

http://www.ftqconstruction.org/archives/362-mise-au-point-de-la-ftq-construction-sur-les-allegations-dintimidation-sur-la-cote-nord