Un coup de chaleur, ça frappe fort!

Le mercredi 4 juillet 2018 – La saison estivale est bel et bien arrivée et avec elle, viennent les chaudes journées d’été. Mais attention! Travailler à la chaleur peut s’avérer très dangereux; personne n’est à l’abri d’un coup de chaleur!

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur?
Avec la saison chaude, plusieurs personnes sont enclines à éprouver des problèmes de santé, particulièrement en temps de canicule. Les premières journées torrides de l’été sont spécialement éprouvantes parce que notre corps n’est pas encore acclimaté à la chaleur. Le corps humain est muni de mécanismes lui permettant de maintenir la température corporelle, normalement située à 37oC, à peu près stable. Mais dans un environnement chaud et humide, combiné à un effort physique important, il arrive que le corps ne puisse éliminer la chaleur interne ou encore celle provenant de l’extérieur. La température corporelle grimpe alors pour atteindre plus de 40oC; c’est ce qu’on appelle un coup de chaleur.

Quand il fait chaud à en crever…
Il est primordial de démystifier ce phénomène méconnu et de savoir comment le prévenir, car un coup de chaleur peut s’avérer mortel. Au cours des dernières années, des travailleurs en sont décédés subitement. Ces accidents mortels auraient pu être évités si des méthodes de prévention adéquates avaient été appliquées.

Les travailleurs et les travailleuses de la construction sont particulièrement à risque en période de chaleur puisqu’ils sont soumis à d’importantes contraintes thermiques, à de longues expositions au soleil et à des efforts physiques exigeants. Évaluer les facteurs de risque et observer certaines mesures préventives fort simples pourraient bien vous sauver la vie au cours de l’été.

L’acclimatation, une partie de la solution
Les premières journées de chaleur sont toujours plus pénibles : la tension artérielle est perturbée et notre système n’est plus en équilibre. Il faudra quelques semaines pour que notre système s’adapte complètement à la chaleur. C’est ce qu’on appelle l’acclimatation. Travailler dans des conditions où la température est élevée demande donc aussi une adaptation et ce, même si on est jeune, en forme et en santé. Sans quoi, un travailleur qui n’aurait pas été exposé à la chaleur de façon graduelle sur son lieu de travail et qui doit fournir un effort physique est plus à risque de subir un coup de chaleur; les premiers jours sont vraiment les plus dangereux.

Boire de l’eau!
Il faut boire beaucoup d’eau lorsqu’on travaille au chaud. Dans la plupart des cas de coup de chaleur, les témoins mentionnaient que la victime avait pourtant bu de l’eau… Mais ce n’était visiblement pas suffisant. L’eau permet au système de se refroidir en évacuant la chaleur interne. Si l’on n’en boit pas suffisamment, le corps se déshydrate et la situation devient alors critique. Boire lorsqu’on a soif, ce n’est pas assez. La soif indique que le corps est déjà en manque d’eau, il faut donc agir avant.

Des signes avant-coureurs à surveiller
Pendant les journées chaudes, il faut porter attention à certains symptômes. Si un travailleur éprouve des crampes, des frissons, un mal de cœur ou de ventre, des étourdissements, un malaise généralisé ou encore un mal de tête, il faut absolument en avertir votre supérieur. Le repos immédiat dans un endroit frais, jusqu’à récupération complète, est absolument nécessaire ainsi que boire de l’eau.

Si le travailleur ne récupère pas ou s’il présente des signes d’atteinte plus graves tels que de la confusion, de l’incohérence, de l’agressivité, la perte de conscience ou des vomissements, il faut immédiatement alerter les secouristes de la situation et composer le 911. Il faut transporter la victime à l’ombre, lui enlever ses vêtements et l’asperger d’eau tout en lui fournissant de la ventilation. Si la personne est consciente, on peut lui donner de l’eau en petites quantités.

De la prévention avant tout
Un adage dit : « Mieux vaut prévenir que guérir ». En appliquant des mesures de prévention qui tiennent compte de l’ensemble des facteurs pouvant influer sur l’environnement et les conditions dans lesquelles œuvre un travailleur, il est possible d’éviter qu’un accident ne survienne.

Ainsi, la température, l’humidité, l’état de santé des individus, la nature des tâches à exécuter et l’organisation du travail sont tous des facteurs à considérer par les temps chauds. D’ailleurs, le Règlement sur la santé et la sécurité du travail établit des normes et des procédures afin de protéger les travailleurs et les travailleuses affectés par la chaleur. Avec le réchauffement de la planète et les canicules qui se font de plus en plus écrasantes, le danger relatif aux coups de chaleur est un dossier préoccupant. Pour plus d’informations sur le sujet ou encore si l’intervention de votre syndicat vous semble requise, n’hésitez pas à contacter votre section locale.