Travaux bénévoles : 3 questions sans réponses

Dans quelques jours, le nouveau règlement de la ministre du Travail, Dominique Vien, entrera en vigueur. Ainsi, le travail bénévole sera dorénavant permis au sein de certains établissements (pour voir la liste complète, cliquez ici).

Bien que la ministre du Travail tente de venir en aide aux différentes communautés, quelques problèmes majeurs ne sont pas pris en considération dans le nouveau règlement. 12 jours après son dévoilement, nous n’avons toujours pas de réponses à nos interrogations :

  1. Les travailleurs et travailleuses de la construction sont formés en santé et sécurité sur les chantiers. Or, le règlement ne prévoit pas de formation pour les travailleurs bénévoles. Seront-ils en mesure d’effectuer les travaux de façon sécuritaire?
  2. Pourquoi le gouvernement ne fait-il pas les investissements nécessaires afin d’effectuer ces travaux? Ce règlement montre concrètement qu’il ne désire pas prendre ses responsabilités, car il refile la pression aux communautés.
  3. Pour les travaux de construction réguliers, la CCQ éprouve des difficultés à effectuer le contrôle pour éliminer le travail au noir. En ouvrant la porte au bénévolat, on augmente les sources de travaux et il devient plus difficile de le contrôler. Est-ce que la Ministre a un plan d’action?

Les travailleurs et les travailleuses de la construction sont des professionnels qui construisent aujourd’hui le Québec de demain. Nous sommes en faveur d’une plus grande solidarité dans les communautés. Par contre, ce nouveau règlement pose des problèmes qui pourraient de dégénérer au cours des prochains mois.