56 décès reliés à la construction en 2015 – Il faut agir pour sauver des vies

La FTQ-Construction a organisé une minute de silence à 10 h sur plusieurs chantiers au Québec pour souligner le Jour de commémoration des personnes décédées au travail.

Depuis l’adoption de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) en 1980, c’est presque un travailleur de la construction qui décède chaque semaine en raison de son travail. « La minute de silence que nous avons tenue aujourd’hui nous permet de dire à la famille et aux proches des 56 personnes de l’industrie de la construction qui sont mortes à cause de leur travail en 2015 que nous ne les oublions pas », explique Yves Ouellet, le directeur général de la FTQ-Construction.

Appliquer l’ensemble de la Loi sur la santé et la sécurité du travail

Pour éviter d’alourdir encore plus ce bilan, la FTQ-Construction demande au gouvernement d’appliquer pleinement tous les articles de la LSST. « Dans la construction, des articles de la LSST pourraient contribuer à sauver des vies. Nous demandons aux députés et plus particulièrement à Dominique Vien, la ministre du Travail, de se positionner en faveur de la pleine application de la loi. Les études et l’expérience internationales démontrent que nous pourrions sauver des vies », rappelle M. Ouellet.

Pour la FTQ-Construction, le 28 avril doit être plus qu’une simple journée de commémoration. Le 28 avril doit marquer un nouvel élan pour améliorer la prévention, la santé et la sécurité sur tous les chantiers de construction du Québec. « Le statu quo n’est plus acceptable. Nous ne devons pas tolérer l’intolérable », plaide le directeur général.